Revêtement de plancher : bien choisir pour ne pas regretter

articlePlancherLorsqu’on choisit un revêtement de plancher, il est préférable d’appliquer la règle d’or suivante: éviter de succomber à un coup de foudre! Au même titre que d’autres éléments décoratifs, les revêtements de sol concourent à donner du caractère à une maison. Mais à la différence des tentures, ils sont là pour rester… et coûtent aisément quelques centaines de dollars, voire des milliers.

Il est donc préférable de jeter son dévolu ailleurs que sur les modes du moment. Des carreaux de teintes « très en vogue » ou arborant de flamboyants motifs ajoutent peut-être une touche originale à une propriété, mais on s’en lassera rapidement. En fait, il faut partir du principe qu’un revêtement de plancher durera plus longtemps que le look de l’heure, soit au moins une quinzaine d’années.

Vinyle classique

En raison de leur bas prix (entre 0,65 $ et 4,50 $ le pied carré), les carreaux de vinyle incrusté demeurent très populaires. Ces tuiles sont en fait toutes désignées pour les consommateurs qui souhaitent changer souvent de décor, sans se ruiner pour autant. Faciles d’entretien (eau tiède légèrement savonneuse), les carreaux de vinyle imitent parfois à s’y méprendre la céramique, le bois ou le liège.

Il faut toutefois éviter les finis ultra brillants. De même que les carreaux blancs près des fenêtres ou des zones très éclairées :
au moindre rayon de soleil, les petites imperfections sautent aux yeux. Gare également aux assauts répétés des talons aiguilles et des pattes de meuble laissant sur le vinyle des traces indélébiles.

Céramique et porcelaine : l’Europe à nos pieds

D’importation européenne, les carreaux de céramique sont de plus en plus utilisés pour recouvrir les planchers nord-américains. La raison : ils combinent à la fois esthétisme et durabilité, en plus d’être offerts dans un grand choix de motifs et de couleurs. Mariés à d’autres matériaux de sol ? le bois franc, la pierre, l’ardoise, le granit ou le marbre ? ils gagnent encore davantage en effet riche et profond.

À un coût variant entre 1,50 $ et 5,50 $ le pied carré, la tuile de céramique demeure un revêtement de plancher abordable. On la retrouve généralement dans les cuisines et les salles de bain, où les détaillants conseillent toutefois de privilégier les finis émaillés mats, moins glissants. En revanche, ces derniers s’égratignent facilement. Il ne faut donc pas poser des carreaux émaillés aux endroits passants où des résidus de gravier ou de sable risquent de les abîmer.

Un dernier mot sur les carreaux de céramique : ils résistent plutôt mal aux jeux un peu brusques des enfants ? un coup du marteau du p’tit dernier, par exemple! Et guère mieux, d’ailleurs, aux maladresses des plus grands : la vaisselle échappée volera immanquablement en mille miettes. Pour quelques dollars de plus, les carreaux en porcelaine procurent toutefois une meilleure performance, assure Pierre Margry, directeur des ventes chez Tuiles Olympia inc : « Ils sont conçus pour durer de 50 à 100 ans, en raison d’un procédé d’atomisation qui élimine toutes les impuretés du matériau ».

La pierre… qui ne laisse pas de marbre

Pour une résistance à toute épreuve, on peut aussi choisir des carreaux de granit, dont les prix oscillent toutefois entre 11 $ et 30 $ le pied carré. C’est la nature de la carrière d’où il est extrait qui dicte la teinte, mouchetée, de ce matériau. On trouve ainsi du granit beige, gris, rose, bleu et noir. Les carreaux de granit donnent à une pièce une atmosphère sobre et raffinée, en plus d’être très simples à entretenir. À l’instar des carreaux de céramique, il suffit de les laver à l’eau tiède légèrement vinaigrée et le tour est joué.

Trop austère le granit? Les carreaux d’ardoise feront alors peut-être l’affaire. Offerts dans de chauds coloris, ils se prêtent à merveille à de multiples agencements. Selon son pays d’origine, l’ardoise présente une couleur différente et parfois même diverses nuances dans le même carreau. Par exemple, les États-Unis exportent des ardoises vertes, bourgognes et brunes, tandis que le Brésil et la Chine mettent sur le marché des ardoises rouges et ocres.

On ne peut nier l’effet original que procurent les carreaux d’ardoise, mais ils exigent également un investissement assez important : 4 $ et 15 $ le pied carré. Autre hic : l’ardoise est une pierre tendre, schisteuse et très poreuse. C’est la raison pour laquelle les experts conseillent d’éviter les pierres noires, très fragiles, et de plutôt aller du côté des bourgogne et brun, plus résistants. Cela dit, il importe de bien protéger les carreaux d’ardoise, à l’aide d’un scellant, et de répéter l’opération au besoin. Les produits d’entretien des manufacturiers sont ici presqu’incontournables.

Le marbre, quant à lui, traîne une mauvaise réputation, imputable à la porosité de ce matériau qui tache et s’égratigne facilement. La porosité du marbre varie en fonction de sa teinte : les carreaux foncés sont plus denses ? donc moins poreux ? que les blancs. Bref, le marbre, n’est certes pas un revêtement approprié pour la cuisine. Et ailleurs, il requiert également des attentions particulières : scellant et produits de nettoyage spécifiques (tout comme pour les carreaux d’ardoise) et… pantoufles aux pieds! Mais l’effet vaut évidemment le coup! Ou le coût… entre 8 et 35 $ le pied carré.

L’installation est un art

En matière de revêtement de plancher, les bricoleurs du dimanche devraient être proscrits! Pour preuve : les plaintes relatives à des revêtements de plancher qui décollent, gondolent, fendillent, cassent ? pour ne nommer que ces malaises ? en raison de vices d’installation sont légion. Et les manufacturiers limitent leurs garanties aux défauts de fabrication de leurs produits.

Disons-le, la pose de revêtement de plancher est en fait un art. Les services d’installateurs professionnels coûtent entre 0,50 $ et 3 $ le pied carré, selon le type de revêtement. Les techniciens de la Fédération québécoise des revêtements de sol effectuent un travail d’installation couvert par le plan de garantie de leur association. Un tuyau : lors de l’achat de tuiles, toujours s’assurer que les carreaux sont en bon état avant de quitter le magasin et prévoir quelques tuiles supplémentaires pour des réparations à venir.

Petits pieds bien au chaud

On reproche aux revêtements de céramique et de pierre d’être froids pour les pieds. En raison de cet inconvénient, les systèmes de planchers chauffants gagnent en popularité. Il s’agit soit de petits câbles électriques chauffants installés directement sur le contreplaqué ou la surface de béton qui sert de sous-plancher ; soit de tuyaux, enfouis dans une dalle de béton sous les tuiles, où circule de l’eau chaude. La deuxième option est plus complexe et dispendieuse, mais dans les deux cas, les pieds sont bien au chaud. Qui plus est, ces systèmes procurent un chauffage ambiant, rayonnant à partir du sol, qui permet de réduire la demande d’énergie d’une maison.

par Claire Harvey

Publié dans Planchers Tagués avec : , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.